Medicalorama votre site santé
>> Accueil
  >> Inscrivez-vous à la Newsletter
SANTE Sante GROSSESSE Grossesse THERAPIES Thérapies MEDICAMENTS Médicaments NUTRITION Nutrition PSYCHO Psycho COUPLES Séxualite couples SPORT Sport BOUTIQUES Boutiques santé FORUM
Rubriques santé
Addictologies

Allergies

Analyses

Couples

Encyclopédie

Esthétique

Fiches santé

Forum

Grossesse

Guide médical du voyageur

Kesako

Médicaments

Nutrition

Psychologie

Sport

Symptomes

Tests santé

Thérapies alternatives

Urgences

Vos droits

Votre santé



Rechercher un médecin



Femmes, Hommes, alcool et dépression : état des lieux...

Femmes, Hommes, alcool et dépression : état des lieux...

Même si cet article est plus accès autour des hommes qui représentent la majorité des alcooliques, il s'avère qu'aujourdui (2013) de plus en plus de femmes sont alcooliques.

Plus inquiétant, les jeunes (hommes ou filles) s'adonnent de plus en plus à une pratique venue des USA et d'Angleterre "Le binge drinking" ou "biture express" qui fait des ravages sur le foie mais aussi, selon une étude Californienne, sur le cerveau, lésions sur la substance blanche chargée de la transmission des informations nerveuses.

La relation, qui existe entre les hommes et l’alcool, dure depuis bien longtemps. L’idée qui prédomine dans le milieu masculin c’est que pour être un homme, un vrai, il faut savoir « tenir » l’alcool. Mais cette consommation, si elle devient trop importante, cache parfois un trouble plus profond que celui d’être considéré comme un « véritable » membre de la gente masculine.

Femmes, Hommes, alcool et dépression : état des lieux...

70% des hommes atteints de dépression ne sont pas diagnostiqués. La première raison à cela, c’est qu’ils n’acceptent pas de reconnaître qu’ils souffrent et donc de se confier. Pour remédier à cela, ils se trouvent un exutoire : le sport, le travail, la violence, ou très souvent, l’alcool… Quel est l’état des lieux de cette consommation ? Comment l’expliquer ? Quels sont les véritables risques ?

L’alcool et les hommes…

En 1950, la consommation journalière d’alcool pour un homme était de 5 verres. En 2004, elle n’est plus que de 3 verres, mais avec  toujours d’importantes conséquences sur la santé publique.

On estime à 2 million le nombre d'alcooliques en France, et à 6 millions le nombre de buveurs susceptibles de sombrer dans la dépendance.

Aujourd’hui encore, environ 40 000 hommes meurent directement ou indirectement (accidents...) chaque année d’alcoolisme, contre environ 7 000 femmes. 80% des décès liés à l’alcool ne concernent donc que les hommes.

Les hommes consomment ainsi 2 fois plus d’alcool par jour que les femmes. De plus, les risques de dépendance sont 3 fois plus élevés chez eux… Enfin, un homme boit malheureusement le plus souvent pour rechercher l’ivresse. Une consommation d’alcool sans risque est possible si elle ne dépasse pas 3 verres quotidiens. Dès lors que l’ivresse est atteinte, ces 3 verres sont le plus souvent largement dépassés…

Des raisons symboliques et psychologiques

Il existe en effet deux raisons à cette consommation abusive. Tout d’abord, il existe une origine sociale à cette relation entre l’alcool et les hommes. En France notamment, l’appartenance à une région l’explique partiellement. Mais, il existe une autre cause liée à la société : l’idée de ressembler à son père.

Si la plupart des hommes boivent, c’est notamment pour imiter leurs ascendants. Cette attitude leur permet alors de les conforter dans leur image « d’homme ».

Être un homme consiste alors à tester ses limites et l’alcool est un fabuleux moyen de les mettre à l’épreuve.

La dépression peut aussi être la cause ou la conséquence d'un abus d'alcool, cette déprime touche plus d’hommes qu’on ne le pense. Et une des raisons qui explique que la dépression soit sous-diagnostiquée, c’est que la plupart des hommes préfèrent se replier sur eux-mêmes que d’admettre qu’ils ne vont pas bien. Les « techniques d’évitement » sont nombreuses et la plus utilisée est malheureusement le recours à l’alcool. L'alcool est anxiolytique au moment de sa consommation puis elle génère une dépression, 80 % des alcooliques présentant une dépression et seulement 10 % de ces dépressions persistent après le sevrage.

Alcool et cancer : l’inévitable…

La consommation abusive d’alcool augmente de presque 10% les risques d’apparition de l’ensemble des cancers. Les organes en contact direct avec les boissons alcoolisées sont les plus touchés. Les cancers de la bouche apparaissent 2 fois plus souvent chez un consommateur d’alcool que chez un abstinent. Et chez les grands buveurs, ce risque peut être multiplié par 10. Les cancers de l’œsophage sont, quant à eux, 3 fois plus susceptibles d’apparaître. Il est d’ailleurs impressionnant de remarquer qu’une personne, qui ne consomme que 4 verres d’alcools par jour, a environ 20 fois moins de chance de contracter un cancer de l’œsophage qu’une personne qui en boit le double. En outre, les cirrhoses (nécrose des hépatocytes, les cellules du foie) sont courantes chez les grands buveurs et elles augmentent les risques d’apparition de cancer du foie. Mais les cancers ne sont pas la seule conséquence d’une trop forte consommation. Les maladies cardiovasculaires, digestives et les accidents domestiques ou de la circulation sont également responsables de la mort des gros consommateurs.

Sachant qu’un verre de plus par jour augmente proportionnellement les risques, diminuer même très légèrement sa consommation permet d’augmenter son espérance de vie… La prévention et la discussion sont donc à favoriser : votre médecin généraliste est là pour vous aider. Le diagnostic d’une dépression, si elle existe, doit être fait au plus vite.

Vincent Lescuyer
(Validé par le Dr Frédéric Amarger)


08-04-2013



Santé - Grossesse - Couples - Sport
Nutrition - Esthétique - Addictologie...

Autres articles

  Femmes, Hommes, alcool et dépression : état des lieux...
Les drogues actuelles et leurs dangers
Le sevrage alcoolique
Sport : un outil d'aide au sevrage tabagique
Polyconsommation : de réels risques pour la santé !
La dépendance en questions
Drogues dures : que prévoit la loi ?
Cannabis : quel impact sur la santé ?
Quelle est l’action des drogues sur le cerveau ?
Narguilé et chicha, de vrais risques aussi !
 
PUBLICITE
Accueil | Qui sommes nous ? | Charte déontologique | Partenaires | Contactez-nous | Mentions légales | Plan du site

Addictologie | Allergies | Analyses | Couples & sexualité | Droit & santé | Encyclopédie | Esthétique | Fiches santé | Forum santé
Glossaire | Grossesse | Médicaments | Nutrition | Psychologie | Sport | Tests santé | Santé

TOUTES LES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE SITE SONT INFORMATIVES. EN AUCUN CAS ELLES NE REMPLACENT UNE CONSULTATION CHEZ VOTRE MEDECIN
Réalisation Profileo Medicalorama