Medicalorama votre site santé
>> Accueil
  >> Inscrivez-vous à la Newsletter
SANTE Sante GROSSESSE Grossesse THERAPIES Thérapies MEDICAMENTS Médicaments NUTRITION Nutrition PSYCHO Psycho COUPLES Séxualite couples SPORT Sport BOUTIQUES Boutiques santé FORUM

Adolescents
Adolescents

Adultes

Seniors

Rubriques santé
Addictologies

Allergies

Analyses

Couples

Encyclopédie

Esthétique

Fiches santé

Forum

Grossesse

Guide médical du voyageur

Kesako

Médicaments

Nutrition

Psychologie

Sport

Symptomes

Tests santé

Thérapies alternatives

Urgences

Vos droits

Votre santé



Rechercher un médecin



Le SIDA en questions

Le SIDA en questions

Le SIDA est la conséquence d’une contamination par le virus de l’immunodéficience humaine, ou VIH. Il touche environ 45 millions de personnes dans le monde, constituant une véritable pandémie. Si des traitements ont permis une amélioration de la qualité et de l’espérance de vie dans les pays développés, le sida n’en reste pas moins une maladie mortelle. La prévention reste donc le premier moyen de lutter contre la maladie.

Le SIDA en questions


En France à l’heure actuelle, environ 130 000 personnes sont atteintes par le virus du sida.

Le VIH, qu’est-ce que c’est ?

Le VIH est un rétrovirus à ARN, qui touche les cellules participant au système immunitaire, les lymphocytes T CD4 (LT4).
Les symptômes dépendent de l’intensité et de la vitesse d’évolution de l’infection. Celle-ci est à l’origine d’une baisse régulière du nombre des cellules immunitaires, jusqu’à atteindre au bout d’environ 10 ans d’évolution le stade SIDA : Syndrome de l’Immuno Déficience Acquise, durant lequel les infections dites opportunistes et les cancers apparaissent.
Ainsi, l’infection par le VIH est responsable d’une immunodépression, qui rend les sujets atteints beaucoup plus vulnérables aux infections, et ce d’autant plus que le nombre des cellules LT4 est bas.
Les modes de contamination par l’infection sont surtout dominés par la transmission par voie sexuelle, qui représente 90% des contaminations : le préservatif reste à l’heure actuelle le seul moyen de protection contre le virus et les autres infections sexuellement transmissibles (IST).
La contamination par voie sanguine est surtout dominée par la toxicomanie par voie intraveineuse (utilisation de seringues usagées), le risque représenté par la transfusion sanguine étant actuellement quasi nul, en raison des contrôles minutieux effectués depuis le scandale du sang contaminé en 1985.
Le troisième mode de contamination est représenté par la transmission materno-fœtale, lorsque la mère est séropositive pour le VIH : le risque est d’environ 1à 2% en cas de prise en charge adaptée, et est surtout présent au moment de l’accouchement et à la fin de la grossesse.
Par contre, la séropositivité contre-indique l’allaitement maternel.

Le diagnostic de l’infection à VIH

Les symptômes de primo-infection sont variés et non spécifiques : ils sont présents dans 50 à 80% des cas et se manifestent sous la forme d’une fatigue avec fièvre, accompagnée d’éruption cutanée, d’adénopathies (ganglions palpables), de douleurs musculaires et articulaires, de diarrhée, nausées, vomissements, maux de tête…
Des ulcérations au niveau des muqueuses buccale et génitale sont possibles, de même que des signes neurologiques divers (paralysie faciale, encéphalite…).
Leur évolution est favorable sans traitement en quelques semaines.
La réalisation d’un bilan sanguin montre la présence d’une diminution des globules blancs, des plaquettes, une perturbation du bilan hépatique dans certains cas, et un syndrome mononucléosique.

Ces signes doivent faire rechercher l’existence de situations à risque de contamination par le virus, et une sérologie VIH est alors réalisée, après information et accord du sujet, afin de diagnostiquer l’infection. Quand le 1er test est positif, un 2ème doit être réalisé pour confirmer le diagnostic.
L’annonce du résultat est faite par le médecin qui a prescrit le test et se fait en toute confidentialité.
Un bilan de l’infection est ensuite réalisé : charge virale, taux de lymphocytes T CD4, bilan hépatique, sérologies syphilis, hépatites B et C, IDR (tuberculose), radiographie de thorax…
Un bilan pré-thérapeutique permet d’évaluer la fonction rénale, hépatique et pancréatique avant la mise en place du traitement.


Le SIDA en questions - suite...

05-05-2008



Santé - Grossesse - Couples - Sport
Nutrition - Esthétique - Addictologie...

Autres articles

  Contraception : laquelle vous correspond ?
Faire l’amour : quand est-ce le bon moment ?
Pilule du lendemain, mode d’emploi
Bien mettre le préservatif
Ados et sexualité : les questions les plus souvent posées
Le SIDA en questions
Les secrets du baiser
Découvrez vos zones érogènes
Pour des préliminaires réussis
Le Cunnilingus : La langue au bord des lèvres
 
PUBLICITE
Accueil | Qui sommes nous ? | Charte déontologique | Partenaires | Contactez-nous | Mentions légales | Plan du site

Addictologie | Allergies | Analyses | Couples & sexualité | Droit & santé | Encyclopédie | Esthétique | Fiches santé | Forum santé
Glossaire | Grossesse | Médicaments | Nutrition | Psychologie | Sport | Tests santé | Santé

TOUTES LES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE SITE SONT INFORMATIVES. EN AUCUN CAS ELLES NE REMPLACENT UNE CONSULTATION CHEZ VOTRE MEDECIN
Réalisation Profileo Medicalorama