Medicalorama votre site santé
>> Accueil
  >> Inscrivez-vous à la Newsletter
SANTE Sante GROSSESSE Grossesse THERAPIES Thérapies MEDICAMENTS Médicaments NUTRITION Nutrition PSYCHO Psycho COUPLES Séxualite couples SPORT Sport BOUTIQUES Boutiques santé FORUM
Rubriques santé
Addictologies

Allergies

Analyses

Couples

Encyclopédie

Esthétique

Fiches santé

Forum

Grossesse

Guide médical du voyageur

Kesako

Médicaments

Nutrition

Psychologie

Sport

Symptomes

Tests santé

Thérapies alternatives

Urgences

Vos droits

Votre santé



Rechercher un médecin



Psychologie : Le complexe d’œdipe

Psychologie : Le complexe d’œdipe

Sujet récurrent en psychanalyse et en philosophie, le complexe d’œdipe se définit comme une étape normale dans le développement affectif d’un petit garçon, en regroupant un ensemble de pulsions amoureuses envers sa mère, engendrant alors une sorte d’hostilité et de rivalité envers son père.

Psychologie : Le complexe d’œdipe

Sigmund Freud :  le complexe d’œdipe…

Le complexe d’œdipe se caractérise plus précisément par un rejet inconscient et infantile d’un parent de même sexe, durant l’enfance, à savoir entre 3 et 6 ans. Cela est principalement dû à un certain attachement affectif, amoureux voire même sexuel sur le parent du sexe opposé.

Ce passage affectif est bien entendu normal, n’a rien de pathologique et s’estompe avec les années grâce à une identification définitive au parent du même sexe.

A l’origine de ce concept : Sigmund Freud, maître à penser en matière de psychanalyse.
Pour en venir à ce constat flagrant, il s‘est inspiré d’une tragédie grecque (Œdipe-roi), où celui-ci, abandonné dès la naissance, tue son père afin de pouvoir épouser sa mère…

Plus récemment, Jung a défini le complexe d’œdipe au féminin : le complexe d’Electre. Celle-ci aurait tué sa mère pour venger son père tué par cette dernière.

Dans tous les cas, psychologues et psychanalystes ne voient en ce phénomène rien d’anormal puisque tout enfant a tendance à éprouver, très jeune, un certain amour et un fort attachement pour ses parents. Et c’est pour bien s’épanouir qu’il doit d’ailleurs y renoncer par la suite…

C’est donc vers 3 ans que le petit garçon se met à désirer sa maman, devient possessif et avide de câlins. La papa peut alors devenir un rival qui l’empêche de l’avoir pour lui seul.

Idem pour la petite fille qui adore que son papa s’occupe d’elle, la cajole et la traite telle une princesse. Tout est alors bon pour troubler l’intimité des parents (réveil furtif dans la chambre des parents, envie de dormir avec papa ou maman, de passer du temps seul à seul), tout en essayant de ressembler à son ou sa rivale…
Freud a même ajouté dans sa théorie une phase phallique, au cours de laquelle le petit garçon, conscient de la présence de son pénis comme organe de désir pour les adultes, se rend compte que c’est justement celui-ci qui rapproche ses parents…


Psychologie : Le complexe d’œdipe - suite...

14-04-2008



Santé - Grossesse - Couples - Sport
Nutrition - Esthétique - Addictologie...

Autres articles

  Votre signe du zodiaque peut réellement influer sur votre santé (ou presque)
Relation mère – fille : comment se placer l’une par rapport à l’autre ?
Oser s'affirmer Par Michèle Freud
Mythomanie : quand mentir devient maladif
La dépendance amoureuse
La peau dans tous ses états par Michèle Freud
Apprenons à être optimiste par Michèle Freud
50 ans, le plus bel âge de la femme ? Par Michèle Freud
C'est décidé, j'arrête de fumer ! Par Michèle Freud
Procrastination : l’art de tout remettre au lendemain
 
PUBLICITE
Accueil | Qui sommes nous ? | Charte déontologique | Partenaires | Contactez-nous | Mentions légales | Plan du site

Addictologie | Allergies | Analyses | Couples & sexualité | Droit & santé | Encyclopédie | Esthétique | Fiches santé | Forum santé
Glossaire | Grossesse | Médicaments | Nutrition | Psychologie | Sport | Tests santé | Santé

TOUTES LES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE SITE SONT INFORMATIVES. EN AUCUN CAS ELLES NE REMPLACENT UNE CONSULTATION CHEZ VOTRE MEDECIN
Réalisation Profileo Medicalorama