Medicalorama votre site santé
>> Accueil
  >> Inscrivez-vous à la Newsletter
SANTE Sante GROSSESSE Grossesse THERAPIES Thérapies MEDICAMENTS Médicaments NUTRITION Nutrition PSYCHO Psycho COUPLES Séxualite couples SPORT Sport BOUTIQUES Boutiques santé FORUM

Femme
Bébé

Enfant

Adolescent

Homme

Femme

Senior

Rubriques santé
Addictologies

Allergies

Analyses

Couples

Encyclopédie

Esthétique

Fiches santé

Forum

Grossesse

Guide médical du voyageur

Kesako

Médicaments

Nutrition

Psychologie

Sport

Symptomes

Tests santé

Thérapies alternatives

Urgences

Vos droits

Votre santé



Rechercher un médecin



Le cancer du foie

Le cancer du foie

Les tumeurs du foie peuvent être primitives ou secondaires : il s’agit alors de métastases, qui représentent environ 70% des tumeurs hépatiques malignes. Le cancer du foie le plus fréquent est le carcinome hépato-cellulaire, qui se développe suite à une cirrhose. De mauvais pronostic, il peut bénéficier d’un traitement par chirurgie ou radiothérapie, mais le dépistage et le diagnostic précoce sont les meilleurs facteurs d’une augmentation de la survie.

Le cancer du foie8ème cancer par ordre de fréquence dans le monde, le carcinome hépato-cellulaire est en constante progression en France, avec actuellement 6000 nouveaux cas par an.

Les causes à l’origine de la formation d’un cancer du foie

Le principal facteur de risque est constitué par l’existence d’une cirrhose, à l’origine de 90% des cas de carcinome hépato-cellulaire. La cirrhose peut être causée par une hépatite B, C ou par l’alcool le plus souvent.

Les hépatites B et C sont également susceptibles de provoquer directement un carcinome hépato-cellulaire, en cas d’infection chronique. Le cancer se développe alors au bout de plusieurs années de portage du virus.

Le diagnostic du cancer du foie

L’évocation du diagnostic du cancer du foie se fait sur un tableau clinique, le plus souvent observé au cours d’un épisode de décompensation de la cirrhose : ascite, hémorragie digestive, ictère. Dans certains cas, une altération de l’état général avec asthénie, amaigrissement et fièvre font suspecter un cancer et entraîne la réalisation d’examens complémentaires.


L’examen clinique retrouve une hépatomégalie (augmentation de la taille du foie), des signes d’insuffisance hépato-cellulaire et d’hypertension portale.

Les examens complémentaires du cancer du foie

Les différents symptômes conduisent à réaliser un bilan hépatique, montrant des perturbations provoquées par la cirrhose. Le dosage de l’alpha-foeto-protéine est effectué, car sont taux est souvent augmenté en cas de carcinome hépato-cellulaire : quand il est supérieur à 500ng/ml, le diagnostic est presque certain. Mais le taux peut être élevé dans d’autres pathologies ou durant la grossesse.

La réalisation d’une échographie et d’un scanner abdominal permet d’apporter des éléments en faveur du diagnostic, en visualisant des nodules hépatiques caractéristiques. L’IRM est également utilisée, ainsi qu’une artériographie dans certains cas. Le diagnostic de tumeur maligne primitive du foie est posé et confirmé après la réalisation d’une ponction-biopsie hépatique.

Le bilan pré-thérapeutique permet de déterminer les traitements à utiliser, en recherchant une extension tumorale par les examens d’imagerie précités (échographie, scanner, IRM), auxquels on peut associer la scintigraphie osseuse et le scanner cérébral, en cas de symptômes spécifiques. L’évaluation de l’état général à l’aide d’un bilan cardiaque, respiratoire et rénal est nécessaire en vue d’un éventuel traitement chirurgical.

Le traitement du cancer du foie

La résection hépatique (exérèse d’un segment ou lobe hépatique) ou la transplantation constituent les moyens de traitement par voie chirurgicale. Les traitements médicaux par alcoolisation (injection d’alcool au cœur de la tumeur) dans les petites tumeurs, par thermo-ablation par radiofréquence, chimiothérapie par voie générale, anti-oestrogènes ou chimio-embolisation constituent une alternative quand la chirurgie n’est pas possible.

Un traitement préventif de la survenue d’un carcinome hépato-cellulaire en cas d’hépatites B ou C chronique existe : l’interféron diminuerait le nombre de cas de cancer chez les patients infectés par ces virus.

La vaccination contre l’hépatite B et la prévention secondaire par dépistage précoce et périodique du carcinome hépato-cellulaire chez les sujets cirrhotiques, par le dosage de l’AFP et la réalisation d’une échographie hépatique, constituent deux voies de prévention qui pourraient, à terme, entraîner une diminution de la mortalité des cancers primitifs du foie.

Elodie Le Royer
(Validé par le Dr Frédéric Amarger)


20-05-2008



Santé - Grossesse - Couples - Sport
Nutrition - Esthétique - Addictologie...

Autres articles

  Les substituts de repas, la solution minceur ?
Pilule du lendemain, mode d’emploi
Les insomnies
Le soleil et ses dangers
Cabinet dentaire et visites de contrôle
L’asthme : toux sifflante bien fréquente !
La grippe en questions
Narcolepsie : s’endormir partout et n’importe quand
DOSSIER : Le cancer
Le point sur le Bisphénol A au 27 Septembre 2011
 
PUBLICITE
Accueil | Qui sommes nous ? | Charte déontologique | Partenaires | Contactez-nous | Mentions légales | Plan du site

Addictologie | Allergies | Analyses | Couples & sexualité | Droit & santé | Encyclopédie | Esthétique | Fiches santé | Forum santé
Glossaire | Grossesse | Médicaments | Nutrition | Psychologie | Sport | Tests santé | Santé

TOUTES LES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE SITE SONT INFORMATIVES. EN AUCUN CAS ELLES NE REMPLACENT UNE CONSULTATION CHEZ VOTRE MEDECIN
Réalisation Profileo Medicalorama