Medicalorama votre site santé
>> Accueil
  >> Inscrivez-vous à la Newsletter
SANTE Sante GROSSESSE Grossesse THERAPIES Thérapies MEDICAMENTS Médicaments NUTRITION Nutrition PSYCHO Psycho COUPLES Séxualite couples SPORT Sport BOUTIQUES Boutiques santé FORUM
Rubriques santé
Addictologies

Allergies

Analyses

Couples

Encyclopédie

Esthétique

Fiches santé

Forum

Grossesse

Guide médical du voyageur

Kesako

Médicaments

Nutrition

Psychologie

Sport

Symptomes

Tests santé

Thérapies alternatives

Urgences

Vos droits

Votre santé



Rechercher un médecin



Crise d’hypoglycémie : comment réagir ?

Crise d’hypoglycémie : comment réagir ?

Il est très fréquent de parler d’hypoglycémie lorsqu’un individu présente un malaise ou une perte de tonus assez brutale. Ceci est majoré par le fait que la victime se sent mieux dès qu’on lui administre du sucre et qu’on l’allonge au calme. En fait, c’est surtout le repos qui est responsable de sa récupération car le manque de sucre (hypoglycémie) est très rare en dehors du diabète.

Crise d’hypoglycémie : comment réagir ?

Dans le diabète, le taux de sucre est trop élevé et donc on utilise l’insuline ou des médicaments (sulfamides) qui, en cas de surdosage volontaire ou non, peuvent donner une vraie hypoglycémie.

Différents types d’hypoglycémie

Les autres hypoglycémies sont rares et concernent surtout une intoxication par des médicaments courants comme l’aspirine, certains médicaments luttant contre les troubles du rythme cardiaque ou encore le dextropropoxyphène, que l’on trouve dans des antalgiques fréquemment prescrits en ville. Parfois, certaines maladies peuvent également provoquer ces variations de sucre mais elles sont rares (insulinome, insuffisance hépatique, maladies auto-immunes, etc…).

Il arrive parfois que l’on constate des hypoglycémies fonctionnelles chez le sujet jeune, anxieux mais cela est rare (parfois du à un excès de bases xanthiques comme le café ou le thé) et chez les personnes ayant bénéficiées d’une chirurgie de l’estomac (cancer, ulcère ou chirurgie de l’obésité).

Le cerveau humain consomme un seul type de carburant : le glucose. En cas de manque le cerveau n’est plus alimenté ce qui provoque le malaise. En cas d’hypoglycémie prolongée le cerveau peut souffrir de façon irréversible avec des séquelles importantes comme lorsqu’il manque d’oxygène : paralysie...

Chez le diabétique sous insuline, les hypoglycémies sont dues à un surdosage d’insuline : erreur de dose, repas sauté, régime, efforts physiques non compensé, consommation d’alcool, insuffisance rénale ou après un syndrome infectieux (qui entraîne une consommation augmentée de glucose).

Chez le diabétique sous médicament (diabète dit « de type 2 »), seuls les malades sous sulfamides risquent de faire une hypoglycémie (mêmes causes que sous insuline) alors que la deuxième famille de médicament (les biguanides) ne donne pas ces complications.

Symptômes et solutions

Lors d’une hypoglycémie, il y a d’abord une phase transitoire pendant laquelle s’installe des symptômes peu graves mais qui doivent alerter : malaise avec pâleur, sueurs, sensation de faim, parfois des troubles visuels et altération du caractère (les victimes deviennent plus agressives) et troubles de concentration.
Dans un deuxième temps, on constate l’apparition de signes plus importants comme une paralysie (réversible après traitement), une crise convulsive, une désorientation ou un trouble du comportement. Au stade ultime, on constate un coma qui est dangereux car le cerveau souffre et aussi car il empêche de donner du sucre par la bouche, la victime ne pouvant avaler.

Si vous êtes témoin d’une hypoglycémie, il faut donner une boisson sucrée rapidement : cela n’est jamais délétère et les malades diabétiques peuvent mourir en quelques minutes d’un manque de sucre.
 
Si la victime est inconsciente, il faut la mettre en position latérale de sécurité et alerter les secours (le SAMU= 15) qu’ils fassent intervenir le moyen le plus approprié : médecin (SOS Médecins), pompiers ou ambulance du SAMU avec médecin urgentiste. En cas de coma avéré, l’équipe du SMUR injecte du glucose en intraveineux.

Dr Arnaud Latrémouille


16-04-2008



Santé - Grossesse - Couples - Sport
Nutrition - Esthétique - Addictologie...

Autres articles

  Nos conseils pour une baignade plus sûre
Sidaction, soutenez la lutte
Accidents dus à l’altitude
Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
Noyades : risques et prévention
Accidents domestiques : misez sur la sécurité !
Les signes de gravité en cas de fièvre
Le syndrome de Guillain-Barré
Le point sur les méningites
L’allaitement, urgence et complications
 
PUBLICITE
Accueil | Qui sommes nous ? | Charte déontologique | Partenaires | Contactez-nous | Mentions légales | Plan du site

Addictologie | Allergies | Analyses | Couples & sexualité | Droit & santé | Encyclopédie | Esthétique | Fiches santé | Forum santé
Glossaire | Grossesse | Médicaments | Nutrition | Psychologie | Sport | Tests santé | Santé

TOUTES LES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE SITE SONT INFORMATIVES. EN AUCUN CAS ELLES NE REMPLACENT UNE CONSULTATION CHEZ VOTRE MEDECIN
Réalisation Profileo Medicalorama